Chardon Bleu qui Pique

21 septembre 2018

Porteavion - de la Chine à Bruxelles

Le premier porte-avions chinois a été acheté en 1998 pour 20 millions de dollars aux enchères. Sa vie a débuté en tant que porte-avions de classe «Amiral Kuznetsov», la construction débutant au milieu des années 1980. Elle n'a jamais été opérationnelle et, au moment où elle a été vendue à une société chinoise de premier plan, elle avait été éviscérée et portait le nom de «Varyag». Au cours de la décennie suivante, la Chine s'y est installée dans le nord de la Chine. Août 2011 a vu ses premiers essais en mer, sous le nom de «Shi-Lang». Certains observateurs doutaient que la Chine achève le projet, mais ceux qui peuvent commencer à comprendre la mentalité chinoise savent qu'ils cherchent à dépasser les États-Unis économiquement, politiquement et militairement, et ont activement développé leurs forces dans toutes ces arènes. La position de la marine de libération populaire de l'Armée de terre est passée d'une force de défense côtière insignifiante à celle d'une superpuissance dotée d'une capacité océanique mondiale. La projection de la puissance avec une portée mondiale exige des porte-avions. Les porteuses sont très visibles et présentent une image puissante de la force navale. Les porteuses de chasseurs-bombardiers modernes de haute performance nécessitent une avancée considérable en termes de sophistication et d'intégration de systèmes que les transporteurs Harrier. C'est pourquoi l'engagement du pays à rejoindre le club des porte-avions exige un engagement énorme: le Royaume-Uni et les États-Unis construisent des transporteurs depuis quatre-vingts ans et la capacité industrielle de construire de gros transporteurs prend plus d'une génération. Les Chinois sont en train de sauter - avec une coque de base, ils peuvent apprendre la phase d'aménagement et l'améliorer, comme ils l'ont fait avec tant d'articles de consommation. Les coques des navires ne sont pas difficiles à construire et elles ont un ensemble de plans prêts pour le prochain. Les observateurs militaires chinois ont su depuis un certain temps que la Chine était sérieuse au sujet de cet investissement. Il y a eu beaucoup de gags sur le porteur de béton qu'ils ont construit à Shanghai, mais les systèmes de gestion opérationnelle, l'intégration des systèmes avioniques, la gestion du poste de pilotage, le réarmement, la réparation, etc. Les pilotes, les équipages de conduite et les contrôleurs de vol doivent être formés. Les écoles et les conférenciers sont nécessaires. Mais vous devez d'abord former les enseignants. Une capacité logistique complète est nécessaire. C'est vraiment une tâche énorme et la Chine la prend au sérieux. La Chine possède déjà le missile balistique Dong Feng 21-D, qui porte maintenant un porteur. La Chine joue un long match avec des objectifs stratégiques qui pourraient sembler un siècle dans le futur. Le Taiwan ConnectionShi-Lang était le commandant en chef de la flotte Mandchoue au 17ème siècle pendant la dynastie Ming-Qing et conquiert Taiwan. L'identité du nouveau transporteur se révélera-t-elle prophétique? Il est clair que les tensions navales en Extrême-Orient augmentent et que le différend persiste avec le Japon et Taiwan sur les chaînes insulaires de la mer de Chine méridionale comme les îles Spratley avec trépidation. Davantage d'information sur ce ce vol en avion à Bruxelles en cliquant sur le site internet de l'organisateur.

Posté par ferdialochinvar à 09:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]


14 septembre 2018

Disparitions forcées au Bangladesh

L’année dernière encore au Bangladesh, des membres des forces de sécurité se rendaient régulièrement responsables de disparitions forcées visant principalement des sympathisants de l’opposition. Certaines des personnes « disparues » ont été retrouvées mortes. Dans une déclaration adressée aux autorités en février, le Groupe de travail des Nations unies sur les disparitions forcées ou involontaires a indiqué que le nombre de disparitions forcées avait considérablement augmenté ces dernières années. Selon certaines informations, plus de 80 personnes auraient été victimes d’une disparition forcée au cours de l’année. En mars, Hummam Quader Chowdhury a été libéré après avoir été détenu au secret pendant six mois. Cet homme est le fils d’un dirigeant du Parti nationaliste du Bangladesh (dans l’opposition) exécuté précédemment. Les préoccupations quant à la sécurité de Mir Ahmad Bin Quasem et d’Abdullahil Amaan Azmi, dont les pères étaient également des chefs de file de l’opposition ayant été exécutés, se sont renforcées. Les deux hommes ont disparu en août 2016 et on ignorait toujours où ils se trouvaient à la fin de l’année 2017. En avril, Sveriges Radio, la radio publique suédoise, a rendu public un entretien, enregistré secrètement, dans lequel un membre haut placé du Bataillon d’action rapide expliquait que cette unité faisait disparaître des personnes de force et pratiquait des exécutions extrajudiciaires. En octobre, Mubashar Hasan, un universitaire, aurait été enlevé par des agents du renseignement militaire. Il a pu rentrer chez lui au bout de 44 jours.

Posté par ferdialochinvar à 16:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 juin 2018

Promenade islandaise

L'Islande a une superficie d'environ 1 100,1 milles carrés. Cela fait 2,5 fois, la taille du Danemark. L'Islande a la réputation d'être le pays le moins peuplé du continent européen avec seulement environ 3 personnes par kilomètre carré. La population totale de l'Islande est plus ou moins de 295 OOO. La majeure partie de l'Islande est vacante et plus de soixante pour cent de la population totale vit dans et autour de sa capitale, Reykjavik. Mais cette statistique particulière ne signifie pas que le tourisme en Islande ne se limite qu'à Reykjavik. La beauté réside dans chaque ville et chaque endroit de ce pays absolument époustouflant. L'Islande offre toutes les attractions qu'un touriste rêve de voir. Qu'il s'agisse de volcans actifs, de plus gros glaciers ou de sources chaudes, l'Islande a tout pour plaire. Comme indiqué précédemment, chaque ville d'Islande mérite d'être vue au moins une fois; Voici quelques villes et destinations connues et inconnues de l'Islande. Reykjavik - sans doute que Reykjavík est une destination touristique importante de l'Islande. Étant la capitale de l'Islande, cette ville de Reykjavík a toujours été un centre d'attraction pour les touristes et elle a tout pour tous les touristes. Reykjavik regorge de surprises qui vont de la nature magnifique, des musées et des expositions à de superbes points de vue, une vie nocturne géniale, des restaurants de première classe et des chaînes internationales de restauration rapide, des magasins dans les centres commerciaux et des petites boutiques. Keflavík-cette ville a son importance parce qu'elle s'appelle l'entrée de l'Islande. C'est à environ une heure de Reykjavik. La plupart des visiteurs et des touristes le voient parce que c'est la ville la plus proche de l'aéroport international d'Islande. La ville de Hveragerdi- cette ville est à environ huit heures de la capitale Reykjavik. Cette ville a une population totale de 2100 personnes. On l'appelle aussi la ville verte et chaude. La spécialité de cette ville est que le centre de la ville est une zone géothermique et toute cette ville est construite autour de cela. C'est l'attraction touristique la plus importante de Hveragerdi Le village de Hnifsdalur - l'attraction principale de ce petit village situé dans la vallée de Skutulsfjordur est la montagne Bakkahyrna. La montagne se penche sur ce petit mais très bel endroit. Ce village est appelé par le nom du bord de cette montagne qui, si vu de la mer, a la forme comme celle d'un bord d'un couteau. Fjord patreksfjordur - ce sont deux noms différents d'un même lieu. Cette petite ville est à environ 6 heures de route de la capitale Reykjavik. Cette zone est la zone la plus isolée d'Islande. Mais les touristes peuvent profiter de la beauté naturelle sous la forme de paysages de fjords, d'îles, de montagnes et de vallées. Dalir - cette région est célèbre pour un village appelé Budardalur. C'est l'un des rares villages très exceptionnels d'Islande. Il est situé le long de la côte de la mer mais n'a pas de port. Ce n'est pas un village de pêcheurs aussi. Le cercle d'or - c'est la fameuse route de l'Islande. Le cercle d'or est le nom donné à un itinéraire emprunté par près de 90% des touristes qui se trouvent dans leur véhicule. En très peu de temps, les voyageurs peuvent sentir la beauté de Thingvellir, la célèbre région géothermique de l'Islande et les superbes cascades de Gullfoss. A lire sur le site de l'Agence Séminaire en Islande.

Posté par ferdialochinvar à 13:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 juin 2018

Accroître la prise de conscience à l’égard des questions environnementales

Les environnements malsains sont à l’origine de 1 décès sur 4 chez les enfants de moins de 5 ans. Ceux qui vivent dans des pays à revenu faible ou intermédiaire sont les plus durement touchés. En investissant largement dans la recherche, l’OMS a attiré l’attention au niveau international sur l’importance du problème moyennant des évaluations majeures, à l’échelle mondiale, de certains risques sanitaires environnementaux, telles que l’évaluation annuelle de l’état de l’assainissement et de l’eau potable dans le monde (GLAAS). Par son rôle directeur, l’OMS a aussi contribué à accroître la prise de conscience du fait que de nombreuses sources de pollution de l’air, qui est responsable de 6,5 millions de décès chaque année et représente à elle seule la plus grave menace environnementale pour la santé, sont aussi des moteurs du changement climatique. L’OMS a travaillé sur ces deux questions moyennant : • la campagne « Respire la vie », que 40 villes dans le monde ont rejoint, afin d’éduquer le grand public, d’encourager le partage des données et des solutions, d’améliorer le suivi et de contribuer à lancer des alertes lorsque la qualité de l’air devient dangereuse ; • la Deuxième Conférence mondiale sur la santé et le climat, qui s’est tenue à Paris en juillet 2016 et a mis en lumière le rôle de la communauté de la santé publique dans le soutien à l’Accord de Paris ; • une coalition pour la santé, l’environnement et le climat entre l’OMS, le PNUE, l’OMM et d’autres organes concernés, lancée lors de la vingt-deuxième session de la Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP22), tenue en novembre 2016 à Marrakech (Maroc), et qui a été confirmée lors de la vingt-troisième session de la Conférence des Parties (COP23), tenue en novembre 2017 à Bonn (Allemagne) ; • la promotion de l’engagement au plus haut niveau, par l’intermédiaire des processus interministériels pertinents au niveau régional, tels que la Déclaration d’Ostrava qui a été l’aboutissement de la Sixième Conférence ministérielle sur l’environnement et la santé, tenue à Ostrava (République tchèque) en juin 2017 ; • une meilleure prise de conscience repose aussi sur les données factuelles, aussi le lancement en 2016 de la publication intitulée Preventing disease through health environments (Prévenir la maladie grâce à des environnements sains), qui actualise les données relatives à 90 maladies liées à l’environnement, a-t-il représenté une contribution majeure à cet égard.

Posté par ferdialochinvar à 11:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 avril 2018

Vol de coucou au-dessus d'Annie

Enfin ! Après plusieurs mois de tergiversations et de reports, j'ai tout de même pu le faire, ce fameux vol en avion de chasse. Et je peux vous le dire entre quatre yeux : ça décoiffe ! Je suis arrivé vers neuf heures à Cergy où j'ai été réceptionné par mon futur pilote, un vétéran qui a quelques 4500h de vol (excusez du peu). Les autres n'allaient pas tarder à arriver : nous n'étions que quatre à tenter l'aventure ce jour-là. Les yeux légèrement dilatés (nous n'arrivions pas à croire à ce que nous allions faire), chacun de nous a suivi le briefing décrivant l'expérience, les caractéristiques de notre avion, le fonctionnement du siège éjectable, et autres "détails"... Puis notre instructeur a décidé de notre ordre de vol : la chance était avec moi, j'allais passer en dernière position ! J'ai ainsi pu observer le retour des deux premiers participants, et surtout leurs réactions. Visiblement, ça secouait pas mal. L'un d'eux avait les mains légèrement tremblantes. Je n'ai pu observer le troisième car il était temps pour moi de me préparer. Je suis passé aux vestiaires pour enfiler la combinaison de vol. La tension montait, j'avais l'estomac noué. Puis j'ai approché de l'appareil où m'attendait le pilote. Petit moment d'appréhension : le Fouga est loin d'être aussi imposant qu'un avion de combat. Et son aspect annonce qu'il n'est plus tout jeune (sa réalisation remonte aux années 1950, quand on y pense). Mais j'avais consulté suffisamment de choses sur le sujet pour savoir que c'est un avion d'entraînement, donc maniable et qui offrait théoriquement de savoureuses sensations de vol. Je me suis donc hissé à l'intérieur en croisant les doigts et le staff m'a harnaché sur mon siège, en m'apportant les dernières recommandations. Alors la verrière coulissante s'est fermée et l'appareil s'est acheminé jusqu'au bout de la piste. Trop tard pour reculer, j'y étais : je matérialisais un vieux rêve. Le départ a eu lieu en toute simplicité. C'était même moins offensif que prévu. Plus rapide qu'un appareil traditionnel, mais rien de bien méchant. Nous avons débuté par un vol de découverte. La verrière me donnait une vue panoramique impressionnante sur la terre alentour. L'occasion de prendre quelques photos. On a continué ensuite par un vol à basse altitude. Alors, enfin, l'étape tant espérée est arrivée : la phase des acrobaties. Le premier break m'a coupé le souffle. J'ai senti que tout mon torse était scotché contre le siège. Une nouvelle figure a instantanément suivi celle-ci. Pas le moindre répit pour retrouver ses esprits. Après quelques tonneaux accompagnés de vrilles, je me suis senti perdre conscience et je me suis immédiatement contracté au maximum pour me préserver du blackout. Une expérience ahurissante, s'il en est une ! Si vous avez le coeur bien accroché, c'est une expérience que je vous recommande chaudement ! Et, bien sûr, merci à toi, Annie, pour ce cadeau aussi inattendu qu'extraordinaire. Je vous laisse lien pour en savoir plus sur ce baptême en avion de chasse.

 

pilote de chasse (3)

Posté par ferdialochinvar à 10:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


06 avril 2018

La situation en République Centrafricaine

L’année dernière, la République Centrafricaine a connu un regain de violences, principalement dans les préfectures de l’Ouaka, de la Basse-Kotto et de la Haute- Kotto, et aux alentours. Des groupes armés ex-Séléka et anti-balaka avaient la mainmise sur une grande partie du territoire. Le mandat de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) a été reconduit jusqu’au 15 novembre 2018. Les forces de la MINUSCA ont été renforcées à la suite de critiques portant sur sa capacité à protéger les civils et à réagir aux attaques. En juin, l’ONU a décidé d’opérer une coupe de 18,8 millions de dollars des États-Unis dans le budget de la MINUSCA et de réduire aussi celui de 14 missions de maintien de la paix. Les militaires américains et ougandais déployés sous la bannière de la Force régionale d’intervention dirigée par l’Union africaine (FRI/UA), chargée de lutter contre l’Armée de résistance du Seigneur (LRA), se sont retirés entre avril et mai. En mai, l’Assemblée nationale a présenté au gouvernement un plan de paix, qui préconisait la création d’un comité national des victimes et excluait toute amnistie en cas de crimes de guerre. En juin, l’État et 13 des 14 groupes armés ont signé un accord de paix qui prévoyait un cessez-le-feu immédiat, une représentation de ces groupes au niveau politique et la mise en place d’une commission vérité et réconciliation, ainsi que d’éventuelles mesures de grâce. En juillet, l’Union africaine a établi la Feuille de route pour la paix et la réconciliation en République centrafricaine, qui a inauguré une médiation conjointe.

Posté par ferdialochinvar à 15:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 février 2018

Des compagnies aériennes et des simulateurs

Beaucoup de voyageurs fréquents attendent nerveusement sur la touche pour voir l'impact durable sur les tarifs bon marché, que ce soit des billets d'avion bon marché, des chambres d'hôtel à bas prix, ou des paquets de vacances à bas prix d'American Airlines se battre avec les compagnies de voyages en ligne. American Airlines a tiré ses tarifs d'Orbitz juste avant Noël. Expedia a répondu en laissant tomber les vols d'American. Sabre, le plus grand opérateur de systèmes de réservation au monde, a annoncé son intention de déclasser et, finalement, d'éliminer les vols américains. Les experts s'attendent à ce que les parties en conflit parviennent à un compromis qui réduira probablement les frais que les compagnies aériennes versent à Sabre et aux autres systèmes de distribution mondiaux pour distribuer leurs tarifs et horaires aux agences de voyages en ligne et aux agences de voyages traditionnelles. Les compagnies aériennes américaines et autres veulent contrôler les tarifs affichés, avec pour objectif ultime de générer davantage de ventes via leurs propres sites Web. Un avantage accessoire des clients achetant des billets d'avion via les sites Web des compagnies aériennes est que les compagnies aériennes gagnent des revenus lorsque les clients décident d'ajouter une réservation d'hôtel ou de voiture après avoir réservé leur billet d'avion. Si les compagnies aériennes font leur chemin, leurs frais de GDS seront réduits, les clients auront plus de difficultés à comparer les tarifs, et les compagnies aériennes pourront augmenter leurs revenus annexes. Fondamentalement, les compagnies aériennes veulent changer la perception des voyagistes selon laquelle les sièges sont des produits interchangeables vendus strictement en fonction du prix auquel les compagnies aériennes desservent les voyageurs individuels en fonction de leurs préférences personnelles. Les compagnies aériennes veulent créer un marché axé sur les commerçants qu'elles contrôlent là où l'information est la plus importante et plus un fournisseur sait qui achète ses produits, plus les ventes sont importantes. Les compagnies aériennes ne sont pas positionnées pour abandonner les SMD, puisque plus de 50% de toutes les ventes de compagnies aériennes passent par des intermédiaires, dont beaucoup sont soit des filiales GDS, soit des relais sur la technologie GDS. Ni American ni Delta, qui ont récemment tiré leurs tarifs de trois plus petites sociétés de voyages en ligne, ont aujourd'hui la technologie nécessaire pour vendre ensemble 100% de leurs sièges. Les agences de voyages en ligne se sont avérées être des vendeurs de voyages innovants et agiles offrant des forfaits et des options de dates flexibles. Les GDS travaillent fiévreusement sur le développement de moyens de vente des compagnies aériennes qui élargissent la liste des services auxiliaires. Les agences de voyages en ligne continueront à jouer un rôle important dans l'avenir, car trop de voyageurs apprécient beaucoup les comparaisons entre plusieurs compagnies aériennes, ce que ne propose pas un site web de compagnies aériennes. Le prix reste la principale raison pour laquelle la majorité des voyageurs choisissent un vol ou une compagnie aérienne en particulier. Beaucoup continuent à voir les frais à la carte comme les compagnies aériennes essayant de les niquer et les dime. Des arguments ont été avancés selon lesquels pousser les voyageurs sur les sites Web des compagnies aériennes peut contrer la hausse des tarifs en abaissant les coûts de distribution ou entraîner des prix plus élevés en raison d'une moindre concurrence. Quoi qu'il en soit, les voyageurs qui se rendent directement sur les sites de compagnies aériennes devront travailler plus fort et visiter plusieurs sites, ainsi que calculer des frais supplémentaires. En savoir plus en suivant le lien sur le site de l'organisateur de ce vol en simulateur Boeing.

Posté par ferdialochinvar à 14:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 février 2018

Inconsistance féminine

La cause d'une telle incohérence de la part de nombreuses femmes avancées se trouve dans le fait qu'elles n'ont jamais vraiment compris le sens de l'émancipation. Ils pensaient que tout ce qui était nécessaire était l'indépendance vis-à-vis des tyrannies extérieures; les tyrans internes, bien plus nuisibles à la vie et à la croissance, tels que les conventions éthiques et sociales, ont été laissés à eux-mêmes; et ils ont pris soin d'eux-mêmes. Ils semblent bien s'entendre dans la tête et dans le cœur des représentants les plus actifs de l'émancipation de la femme, comme dans la tête et le cœur de nos grands-mères. Ces tyrans internes, qu'ils soient sous la forme de l'opinion publique ou de ce que dira la mère, ou d'un frère, d'un père, d'une tante ou d'un parent quelconque; que diront Mme Grundy, M. Comstock, l'employeur, le Conseil scolaire? Tous ces affairistes, détectives moraux, geôliers de l'esprit humain, que vont-ils dire? Jusqu'à ce que la femme ait appris à les défier tous, à rester fermement sur ses propres bases et à insister sur sa liberté illimitée, à écouter la voix de sa nature, qu'elle appelle le plus grand trésor de la vie, l'amour d'un homme glorieux privilège, le droit de donner naissance à un enfant, elle ne peut pas s'appeler émancipée. Combien de femmes émancipées sont assez courageuses pour reconnaître que la voix de l'amour appelle, battant follement leurs poitrines, exigeant d'être entendues, d'être satisfaites. Le romancier français, Jean Reibrach, dans un de ses romans, «New Beauty», tente de représenter la femme idéale, belle et émancipée. Cet idéal est incarné chez une jeune fille, un médecin. Elle parle très clairement et judicieusement de la façon de nourrir les nourrissons, elle est gentille et administre des médicaments gratuits aux mères pauvres. Elle s'entretient avec un jeune homme de sa connaissance des conditions sanitaires de l'avenir et de la façon dont divers bacilles et germes seront exterminés par l'utilisation de murs et de planchers de pierre, et par l'élimination des tapis et des tentures. Elle est, bien sûr, très clairement et pratiquement habillée, la plupart du temps en noir. Le jeune homme, qui, à la première réunion, fut impressionné par la sagesse de son ami émancipé, apprend peu à peu à la comprendre et reconnaît un beau jour qu'il l'aime. Ils sont jeunes et elle est gentille et belle, et bien que toujours en tenue rigide, son apparence est adoucie par le col et les poignets blancs impeccablement propres. On s'attendrait à ce qu'il lui dise son amour, mais il n'est pas du genre à commettre des absurdités romantiques. La poésie et l'enthousiasme de l'amour couvrent leurs visages rougissants devant la pure beauté de la dame. Il fait taire la voix de sa nature et reste correct. Elle aussi est toujours exacte, toujours rationnelle, toujours bien conduite. Je crains que s'ils avaient formé une union, le jeune homme aurait risqué de mourir de froid. Je dois avouer que je ne vois rien de beau dans cette nouvelle beauté, aussi froide que les murs et les sols en pierre dont elle rêve. J'aurais plutôt les chansons d'amour des âges romantiques, plutôt Don Juan et Madame Venus, plutôt une fugue par une échelle et une corde au clair de lune, suivie par la malédiction du père, les gémissements maternels et les commentaires moraux des voisins, que la correction et la bienséance mesuré par des mesures Si l'amour ne sait pas donner et prendre sans restriction ce n'est pas l'amour, mais une transaction qui ne manque jamais de mettre l'accent sur un plus et un moins.

Posté par ferdialochinvar à 09:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 décembre 2017

Acrobaties en plein ciel

Parce qu'on ne vit qu'une fois, il y a quelques jours, j'ai découvert les sensations qu'on pouvait avoir lors d'un vol en avion de chasse. Avec une séance de voltige à la clef, histoire de ne pas gâcher. :) Ca s'est passé à Pontoise. Je suis allé à l'aéroport où j'ai rencontré Julien, le pilote, qui m'a m'exposé point par point ce qui m'attendait et a répondu à mes questions (qui étaient nombreuses !). Puis quand le feu nourri de questions s'est tari, il m'a proposé d'aller enfiler ma combinaison de vol et de rejoindre le tarmac où m'attendait un appareil bien innocent en apparence : un L-39. L'appareil ne présentait pas le look agressif qu'on est en droit d'attendre d'un avion de chasse, mais il faut savoir qu'il a été l'appareil de la Patrouille de France pendant plus de 20 ans : je savais d'avance qu'il devait assurer, niveau sensations ! J'ai grimpé dans la cabine, et comme disent les jeunes (enfin, s'ils le disent encore), c'est parti mon kiki. Je serais bien incapable de vous expliquer ce que j'ai ressenti lorsque nous nous sommes retrouvés face à la piste, sur le point de décoller. Peur et excitation mêlées. Un peu ce qu'on peut ressentir quand on est petit et qu'on monte pour la première fois sur le grand plongeoir à la piscine. On se rend compte qu'on a surestimé ses forces ; on a envie de faire demi-tour, sauf que tout le monde vous regarde. Du coup, vous faites vos prières et sautez en fermant les yeux. Mais à bord du Fouga, j'ai bien vite rouvert les yeux. Parce qu'en fait, les premières minutes de vol se sont avérées étrangement pépères. Je n'ai pas ressenti les facteurs de charge au décollage, et les premières minutes se sont réduites à un simple vol d'initiation. Mais évidemment, ce n'était qu'une mise en bouche. Dix minutes plus tard, le pilote a entamé le vol acrobatique. Et là, je peux vous dire que ça a été un choc. Quand on a pris la première boucle, j'ai compris à quel point ça allait être intense. Et les acrobaties se sont mises à s'enchaîner les unes après les autres, sans le moindre répit. La phase acrobatique n'a pas duré longtemps, mais de retour au sol, j'avais l'impression d'avoir passé une heure d'avoir été battu comme un tapis plein de poussière. Et pourtant, si je pouvais recommencer, je sauterais sur l'occasion sans l'ombre d'une hésitation. L'être humain est décidément une chose bizarre. Une chose est sûre, en tout cas : je ne risque pas d'oublier ce vol en avion de chasse avant bien longtemps ! Retrouvez toutes les infos sur ce de vol en avion de chasse en suivant le lien.

Posté par ferdialochinvar à 10:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 décembre 2017

Droits des femmes en Algérie

La Constitution algérienne consacre le principe de non-discrimination basée sur le sexe et requiert que l'État agisse de manière positive afin d'assurer l'égalité en droits et en devoirs de tous les citoyens, hommes ou femmes. En février 2016, la révision constitutionnelle a ajouté un article proclamant que « l'État s'efforce d'atteindre la parité entre hommes et femmes sur le marché du travail » et « encourage la promotion des femmes à des postes de responsabilité dans les institutions publiques et dans le monde des affaires.» Le 10 décembre 2015, le parlement a adopté des amendements au code pénal qui criminalisent spécifiquement certaines formes de violence conjugale. Agresser son conjoint ou son ancien conjoint peut être puni d'une peine allant jusqu’à 20 ans de prison, en fonction des blessures de la victime, et si l'agression a eu pour conséquence la mort de la victime, son auteur est passible de la prison à perpétuité. Ces amendements criminalisent également le harcèlement sexuel dans les lieux publics. Mais malgré l'adoption de la loi, l'Algérie n'a pas encore adopté les mesures législatives complémentaires, telles que des ordres de protection temporaires pour protéger les femmes de nouvelles violences et l'assignation de tâches concrètes aux responsables de l'application des lois pour faire face aux cas de violence conjugale, qui sont nécessaires pour empêcher ce type de violences, porter assistance aux survivantes et poursuivre en justice les auteurs d'infractions. En outre, la loi rend les femmes vulnérables aux menaces de la part de l'auteur des agressions ou de membres de sa famille, car elle comprend une disposition selon laquelle le pardon de la victime met fin aux poursuites. Le Code de la famille algérien demeure discriminatoire envers les femmes, en dépit de l'adoption en 2005 de certains amendements qui ont amélioré leur accès aux procédures de divorce et à la garde des enfants. Une femme adulte a toujours besoin d'un tuteur de sexe masculin pour conclure son contrat de mariage, exigence qui n'est pas imposée aux hommes. Si une femme souhaite divorcer sans le consentement de son mari et sans justification, elle est tenue de rembourser sa dot, ou une somme d'argent équivalente, à son mari en échange du divorce. Ceci pose un problème particulier car le code ne reconnaît pas la propriété maritale, des dispositions qui permettent d'évaluer les contributions non monétaires de la femme au mariage au moment de sa dissolution.

Posté par ferdialochinvar à 12:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]